TRISKEL UTOPIA

Le Libertinage

DĂ©couvrir

Comprendre

Il est trÚs doux de scandaliser : il existe là un petit triomphe pour l'orgueil qui n'est nullement à dédaigner

                                                     (Marquis de Sade)

  Hermina  nous parle de Libertinage

Commençons par le commencement :Qui  sommes nous ?
​

Des individus, des couples qui ont décidé de vivre leur sexuali
tĂ© de façon libre, extravertie et trĂšs respectueuse de ses divers partenaires.




  • Origines



Le mot « libertin » vient de « libertinus » qui signifie dans l'antiquité romaine «affranchi». On le retrouve au 17eme dans le langage de l'église pour dénoncer les esprits-forts, les libres penseurs, ceux qui contestent les interdits et les superstitions qui viennent de la religion.
Au 18eme, le mot libertin renvoie Ă  ceux qui revendiquent la libĂ©ration des mƓurs et le culte des plaisirs, dans la sociĂ©tĂ© comme dans la littĂ©rature.


  • De quoi s’agit-il ?


Actuellement les deux grands principes sont : la recherche du plaisir et des plaisirs sensuels, la volupté, et le fait d'affirmer sa façon de penser dans les relations humaines.. Ils dénoncent l'hypocrisie sociale. Ils manifestent ainsi leur désaccord contre les interdits et les tabous imposés par la morale et la société et les jugements portés par les individus.
Il s’agit majoritairement de relations de couples, entre adultes conscients et consentants, Ă  caractĂšre sexuel dans l’optique de la recherche du plaisir de chacun. Ce milieu est ouvert Ă  tous : hĂ©tĂ©rosexuels, homosexuels, bisexuels transgenres

Les rencontres peuvent se faire en club ou on y trouve souvent une piste de danse, un sauna, un jacuzzi
 des installations qui favorisent les moments de dĂ©tente et de bien ĂȘtre partagĂ©s. Des alcĂŽves sont amĂ©nagĂ©es pour que les couples puissent s’y retrouver Ă  2, 3, 4 ou plus.. en discrĂ©tion ou pas. Les clubs organisent des soirĂ©es Ă  thĂšmes pour le plaisir de sa clientĂšle et en fonction de ses orientations sexuelles.
Les rencontres peuvent se faire aussi en soirées privées et les réseaux de libertins se constituent réguliÚrement, ils se retrouvent sur des sites pour échanger et se retrouver.
 Les personnes seules participent aussi Ă  ces Ă©changes mais devront ĂȘtre « acceptĂ©es Â» par les couples lors des soirĂ©es. L’accĂšs en club par des personnes seules est souvent quantifiĂ©e pour Ă©viter un dĂ©sĂ©quilibre dans les Ă©changes. Les relations sont basĂ©es sur les Ă©changes Ă  2 ou Ă  plusieurs pour des moments agrĂ©ables, ou chacun est libre de participer, ou pas, Ă  des Ă©changes dans le respect le plus total de la personne.

Ce que nous ne sommes pas...


  • DES PERVERS

Il y a 100 ans, tout ce qui sexuellement n’était pas une pĂ©nĂ©tration vaginale Ă©tait considĂ©rĂ© comme pervers ! Ce terme recouvre gĂ©nĂ©ralement un jugement moral, et il n’y a pas Ă  juger moralement les libertins. L’important est que tous (toutes) les participant(e)s soient consentant(e)s. Les libertins ont un rapport au sexe qui sort des normes sociales (le couple sexuellement exclusif). Le champ de leurs pratiques est plus large que la normale, mais cela ne permet pas de les dĂ©signer comme avides de sexe. Il y a par ailleurs des personnes non libertines qui sont avides de sexe. Par contre le libertin est effectivement soucieux de sa sexualitĂ© pour qu’elle soit libĂ©ratrice et source de dĂ©veloppement personnel.
La rĂ©alisation des fantasmes permet l’épanouissement personnel et celui du couple.

  • Ce que nous sommes...


C’est une autre façon d’approcher les gens et la vie.
Pour pratiquer le libertinage il faut une ouverture d’esprit. On accepte les diffĂ©rences physiques, culturelles, d’ñges.
Il n’y a pas de personnes insistantes, on dit oui ou non, le dĂ©sir de chacun est respectĂ©. Les couples dĂ©finissent eux mĂȘme les modalitĂ©s de la participation aux Ă©changes et un « non Â» n’est jamais mal vĂ©cu par le ou les demandeurs. La femme est dĂ©cideuse absolue dans ce type de relation et cela est une rĂšgle qui ne peut ĂȘtre transgressĂ©e.
Les rencontres se font dans la convivialitĂ©, les personnes sont libres. Certaines viennent Ă  des soirĂ©es sans pratiquer d’actes sexuels mais pour l’esprit de libertĂ© qui s’exprime.
.

  • Le respect de l’autre et l’anonymat sont la rĂšgle.


Ces rencontres regroupent des personnes qui aiment la sexualité.
Le respect des codes est obligatoire : politesse, langage respectueux, bienveillance, respect des couples, Ă©coute, empathie, hygiĂšne, tenues sexy

Le tout sans jugement.
Les personnes qui n’acceptent pas les codes sont exclues.
 

  • Les libertins mettent-ils leurs couples en danger ?


La pratique du libertinage nĂ©cessite l’accord vĂ©ritable des deux personnes du couple, Ă  titre individuel et dans une logique de couple ensuite. Cela peut aussi mettre en Ă©vidence un dĂ©calage sur le plan sexuel Ă  l’intĂ©rieur du couple.
Si le coupe est déjà fragilisé, le libertinage (pour redonner du piment sexuel), pas plus que le fait de faire un enfant, ne fera reculer cette fragilisation.
Le libertinage peut aussi etre un fort ciment du couple, lorsqu’il permet aux personnes de dĂ©velopper une profonde intimitĂ© et complicitĂ© sexuelle, sur la base d’un lien puissant au niveau des fantasmes.
La dĂ©marche dans le libertinage implique donc une vĂ©ritable communication au sein du couple et des Ă©changes sur le vĂ©cu, les ressenties, les envies
 Ă  chaque couple de dĂ©finir ses propres rĂšgles et peut ĂȘtre de les faire Ă©voluer ensemble au fur et Ă  mesure des dĂ©couvertes.
La notion de couple n’est pas approchĂ©e exclusivement dans le cadre de l’hĂ©tĂ©rosexualitĂ©.